Amirat

Un habitat fortifié du nom d'Amirat est mentionné pour la première fois en 1043. A cette époque, son église paroissiale est encore le vieux lieu de culte dédié à saint Cassien (à l'origine de la commune de Castellet-Saint-Cassien, aujourd'hui intégrée à celle de Val de Chalvagne, dans les Alpes-de-Haute-Provence). Les membres d'une famille qui porte le nom d'Amirat sont mentionnés à partir du XIIe siècle. Cet habitat, qui se trouvait sur le sommet des "Rochers de Notre-Dame" et sur sa pente méridionale, est abandonné à la fin du XIVe siècle.

Un nouveau village, qui apparaît à la fin du XVIe siècle, s'installe beaucoup plus bas vers le Vallon de La Cressonnière ; il n'est pas fortifié et conserve un aspect dispersé.

Site officiel de la mairie d'Amirat.

Daniel Biga poëte comtemporain s'est exilé deux ans au dessus du village, il nous offre un journal de bord hors du commun. "...l'exil, c'est d'être à coté du language, divisé de l'interieur. Ah! j'ai failli en devenir muet, de ne plus pouvoir dire..." Extrait

Visiteurs. Dernière mise à jour le : Mer 6 mai 2009 - Plan du site - © copyright - 2009 -